Amazon RDS : premiers pas

Voici quelques temps, j’ai posté plusieurs billets concernant le test de Windows Azure SQL Databases. Certains billets étaient consacrés aux premiers pas tandis que d’autres abordaient le déploiement d’une solution complète sur Azure : un blog de type WordPress.

Ce billet présente les premiers pas liés à l’utilisation de la plateforme RDS chez Amazon. Cette plateforme, comme SQL Azure, propose l’utilisation de bases de données sur lesquelles l’utilisateur est dégagé de toute gestion (sauvegardes, plateforme matérielle, système d’exploitation, …). Notez que cette offre était disponible depuis bien longtemps pour des bases Oracle ou MySQL.

Je présenterais plus tard l’offre liée à Amazon EC2, les machines virtuelles IaaS que j’ai eu l’occasion de manipuler dans le cadre de projets clients, qui viennent de se voir ajouter la possibilité de travailler sur des disques SSD. Les IOs étaient effectivement le maillon faible de cette offre. Même pour les instances extra-larges, les IOPS étaient relativement limités, tout comme sur Windows Azure (disque temporaire mis à part).

Inscription :

Le processus d’inscription prends seulement quelques minutes, mais requiert néanmoins une carte de crédit … Un automate vous contacte aussi par téléphone afin de valider l’inscription.

imageimageimageimageimageimageimageimageimageimage

Ensuite, direction le portail d’administration RDS pour créer une instance. On y voir clairement la liste des SGBD disponibles ainsi que les différentes éditions.

Configuration d’une instance :

J’aurais pu opter pour une édition Web, Standard ou Entreprise avec des couts différents. Afin de tester la solution de manière gratuite, je vais utiliser une instance SQL Express, avec un stockage de 20GB et une instance de type Micro (limitée en ram et CPU).

imageimageimageimageimageimageimageimage

Un message nous informe qu’il faut gérer les accès sinon l’instance ne sera pas accessible; OK, je configure donc mon adresse IP afin de créer une règle sur un firewall (pour schématiser).

SNAGHTMLaca9bcaimage

Après quelques secondes, notre instance enfin prête.

image

Le premier problème que j’ai rencontré concerne l’interface d’administration. Sous IE9, je n’ai pas été capable de déplacer les panneaux. Pas facile dans ce cas, d’accéder a la totalité des informations de monitoring ou de configuration de l’instance.

image

En utilisant Firefox, je n’ai pas rencontré de problème. Du coup je peux copier le nom DNS complet de mon instance pour commencer à l’utiliser au sein de SSMS.

SNAGHTMLabfa809[4]

Gestion de la base depuis SSMS

Encore une fois, quand on parle de gestion, il faut relativiser. Tout comme SQL Azure, le modèle SaaS nous permet de nous concentrer sur le côté fonctionnel de l’applicatif que l’on souhaite déployer en ne se préoccupant pas de la maintenance ou du paramétrage de l’instance SQL. Les backups sont automatisés sans que vous vous en préoccupiez. Idem pour le modèle de récupération, qui même si vous le spécifiez, peut être changé en fonction des paramètres de rétention des sauvegardes que vous spécifiez (c.f. la doc user guide :  Appendix: Common DBA Tasks for Microsoft SQL Server).

SNAGHTMLad1abe0[4]

SNAGHTMLad23f68

SQL Server 2008R2 SP1, 614 MB de RAM, 1 seule CPU. On est bien sur une instance micro. Tiens, pourquoi ne pas proposer des images avec SQL Server 20012 ?

Bon, il ne faut pas rêver, on n’est toujours pas sysadmin, mais Amazon a prévu quelques fonctions qui vont nous permettre de récupérer certaines informations, comme le contenu du errorlog (la procédure prend comme paramètre un index, correspondant au numéro d’archive, 0 par défaut = errorlog courant).

SNAGHTMLbde7211

Copie d’une base :

Tout comme sur SQL Azure, la recopie d’une base de donnée sur Amazon RDS est problématique. D’autant plus si le volume de données à transférer est élevé.

Pour une base de faible volumétrie ou bien pour une base qui n’est pas encore en production, il suffit de rejouer les scripts de création des objets.

Si vous avez déjà des données, plusieurs méthodes sont possibles :

  • Une recopie du schéma et ensuite un bon vieux BCP IN pour copier les données
  • Utiliser l’assistant d’import / export
  • Des utilitaires tiers ? Possible, j’ai pas cherché, j’avoue.

Le wizard de copie de base de donnée ne fonctionne pas avec des bases de données SQL Express en destination.

L’assistant d’import de données permet de recopier la structure et les données :

SNAGHTMLae8bf9fimageSNAGHTMLae9069dSNAGHTMLae923ddSNAGHTMLae945feSNAGHTMLae96ec2SNAGHTMLae988c7SNAGHTMLae9a1a4SNAGHTMLae9b5d0SNAGHTMLaea3606

Malgré un warning sans grande importance tout a été recopié dans la base de démo.

SNAGHTMLaeaea86

image

 

Premières impressions :

Facile à mettre en œuvre, l’offre de Amazon parait cohérente par rapport à ce que l’on en attends.

J’ai apprécié la possibilité de pouvoir créer des traces côté serveur (oui, la possibilité d’écrire sur le disque D:\ qui contient les fichiers de données et journaux de transaction  nous est donnée).

j’ai aussi apprécié le tableau de bord qui permet de se renseigner sur quelques paramètres système :

SNAGHTMLbf325d6

Même si je ne suis pas un fervent adepte du requeteur SQL Azure, il a le mérite d’exister tout comme les offres liées au reporting et à la synchronisation des données qui sont absentes (ou bien je ne les ai pas encore trouvées).

Maintenant, je crois qu’il est difficile de dire si l’offre est meilleure ou moins bonne que Windows Azure SQL Databases.

Quelques docs à télécharger :

Bon test

A propos Christophe

Consultant SQL Server Formateur certifié Microsoft MVP SQL Server MCM SQL Server 2008
Cet article, publié dans Amazon RDS, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Amazon RDS : premiers pas

  1. Ping : Amazon RDS : SQL Server 2012 est disponible | Christophe LAPORTE – Consultant SQL Server

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s